fbpx

22/07/2024 02:29

Pour Profs

Le Conte Compte Rendu

Le Conte Compte Rendu

Le Conte

Compte Rendu

Le Conte Compte Rendu

  • Introduction :

Le conte a toujours été un sous-genre littéraire qui suscite la curiosité des lecteurs de tout âge, vu que le plaisir immanent dans son récit, ainsi que sa leçon morale qui éclaire les esprits et qui les rend instruits.

Comme tout autre genre, cette dimension littéraire obéit à la théorie qui lui donne son trait distinctif. Dans ce sens, le conte a une définition, des caractéristiques, des types et une structure

  • Définition du conte et aperçu historique :

Le conte est un sous-genre littéraire qui met en scène un récit généralement court(en prose ou en vers) tout en essayant de plaire et instruire. Pour atteindre cette visée, ce genre mêle et croise discours narratif et argumentatif. Donc, le récit devient prétexte à une leçon qui peut être explicite ou implicite. Le conte pose également un regard sur la réalité par le biais du merveilleux et du fantastique.

A l’origine, le conte était oral avant de passer de la tradition populaire à la tradition littéraire, à titre d’exemple (Les Mille Et Une Nuit ; un recueil de contes orientaux traduit en français à partir des manuscrits arabes par Antoine Galland entre 1704 et 1717). Donc, le conte est bâti sur la continuité et transmission tout en prenant source  dans un passé mythique parce que l’homme a toujours aimé les récits merveilleux et fantastiques.

  • Les caractéristiques du conte

Le conte est une production littéraire qui se caractérise par :

  • Un récit merveilleux et symbolique

Le conte est un récit généralement bref qui relate des faits imaginaires. À la différence du roman ou de la nouvelle, qui cherchent le plus souvent à Imiter le réel, il présente au lecteur un monde où règnent l’invraisemblance, le merveilleux et le surnaturel. Il permet donc de rêver.

Ce qui caractérise aussi le conte, c’est le contraste entre la simplicité du récit, le caractère conventionnel des situations et des personnages et la richesse symbolique du contenu. De là vient que, plus que tout autre récit de fiction, il donne lieu à des interprétations. Les ethnologues, les folkloristes ou les psychanalystes voient dans le conte les marques d’un inconscient populaire et s’attachent à en dégager le sens profond.

  • Une structure et des personnages spécifiques

La comparaison d’un grand nombre de contes a permis de constater que ces récits reproduisent certaines constantes.

On a pu à partir de là établir le schéma narratif du conte : le récit présente une situation dont l’équilibre initial est rompu par une force qui joue un rôle perturbateur. Un déséquilibre est alors créé. Mais une force Inverse vient rétablir l’équilibre et conduit à la situation finale. Le conte correspond à un processus de transformation :

Etat initial → force perturbatrice → déséquilibre → action réparatrice → état final

L’observation des personnages permet aussi de dégager des types qui peuvent être regroupés ainsi : – le héros, – l’objet (objet du désir du héros ou objectif qu’il se fixe), – le donateur (qui peut donner au héros ce qu’il cherche), – le destinataire ou le bénéficiaire (celui pour qui combat le héros),

– l’auxiliaire ou « adjuvant » (qui aide le héros), – l’adversaire ou « opposant » (qui fait obstacle au héros). L’intérêt des personnages de contes ne réside pas dans leur psychologie mais dans la fonction qu’ils occupent dans le récit.

  • La structure du conte

Le schéma narratif du conte s’articule en cinq grandes étapes.

  • La situation initiale
  • Un évènement déclencheur souvent accompagné d’évènements perturbateurs
  • Ces circonstances entrainent le héros dans des péripéties
  • Le dénouement est l’ultime quête du héros
  • La situation finale résulte de cette ultime quête

 

 

  1. Situation initiale

La situation initiale du conte comprend une brève description physique et psychologique du héros ou de l’héroïne. On situe le lecteur dans le temps, le lieu et les circonstances. C’est à ce moment que le héros ou l’héroïne fait face à sa mission pour la première fois. Un conte commence habituellement par le célèbre “Il était une fois…” ou encore “Il y a très longtemps…”.

Eléments constitutifs Expressions utilisées Exemple du petit poucet
Qui ? Où ? Quand ? Qui ? Les personnages : présentations et description des personnages, portrait physique ou moral. Où ? Le lieu : où se déroule l’histoire ? Quand ? Le moment : Quand l’histoire se passe-t-elle ? Comment se sentent-ils ?

Temps du récit à l’imparfait

Il était une fois …

Il y a longtemps …

Il y a très longtemps de ça …

Dans un pays fort lointain …

Jadis …

Il était une fois, dans un pays fort lointain

Quelque part dans …

L’été dernier …

– Tout a commencé…

Il était une fois un Bûcheron et une Bûcheronne qui avaient sept enfants tous Garçons. …Ils étaient fort pauvres… le plus jeune était fort délicat et ne disait mot : prenant pour bêtise ce qui était une marque de la bonté de son esprit. Il était fort petit, et quand il vint au monde, il n’était guère plus gros que le pouce, ce qui fit que l’on l’appela le petit Poucet. …Cependant il était le plus fin, et le plus avisé de tous ses frères, et s’il parlait peu, il écoutait beaucoup

 

  1. Evènement déclencheur :

C’est un problème, un conflit, un événement important. Souvent, c’est l’arrivée d’un nouveau personnage ou d’un objet qui déclenche ou qui fait démarrer l’histoire.

 

 

 

 

Eléments constitutifs Expressions utilisées Exemple du petit poucet
Quoi ? Pourquoi ? Quel évènement fait démarrer l’histoire ? – Un jour… – Une nuit … – Tout à coup … – Soudain… – Brusquement … Il vint une année très fâcheuse, et la famine fut si grande, que ces pauvres gens résolurent de se défaire de leurs enfants
Réaction du personnage, Son but … Que ressent-il ? – Il est triste… – Il voudrait bien … – Il veut … Le petit Poucet les laissait crier, sachant bien par où il reviendrait à la maison ; car en marchant il avait laissé tomber le long du chemin les petits cailloux blancs qu’il avait dans ses poches…

 

  1. Péripéties

Cette étape comprend les divers obstacles à travers lesquels le héros ou l’héroïne doit passer et les  tentatives de solutions pour régler la problématique. * Il y a beaucoup d’actions. * On utilise une formulette « tire la chevillette et la… », « miroir, miroir, dis-moi… » .

Eléments constitutifs Expressions utilisées Exemple du petit poucet
Que fait le personnage principal ? Que font les autres personnages ? Comment réagissent-ils ? – Il essaie … mais… – Il fait … malheureusement … – Quelques temps après … – Tandis que … – Malgré tout … Mais lorsque l’argent fut dépensé, ils retombèrent dans leur chagrin et résolurent de les perdre encore, cette fois bien plus loin …Il décida de se servir de son pain en le jetant par miettes …Mais les Oiseaux étaient venus qui avaient tout mangé…Ils arrivèrent à la maison d’un ogre…

 

 

  1. Dénouement

C’est la manière dont le problème se règle.

Eléments constitutifs Expressions utilisées Exemple du petit poucet
Le problème se règle-t-il ? Comment ? Comment se termine le récit ? Qu’arrive-t-il aux autres personnages à la fin du récit – Enfin … – Grâce à … – Par chance… – Finalement… – C’est ainsi que … – C’est alors que … Le petit Poucet s’étant approché de l’Ogre, lui enleva ses bottes, et les mit aussitôt. Les bottes étaient fort grandes et fort larges; mais elles avaient le don de s’agrandir et de s’apetisser selon la jambe de celui qui les chaussait, de sorte qu’elles se trouvèrent aussi justes à ses pieds et à ses jambes que si elles avaient été faites pour lui.

 

  1. Situation finale

Après cette aventure, que devient le personnage principal ? La situation finale est brève et donne peu de détails pour laisser place à l’imagination.

On utilise souvent la formule « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » et on peut glisser une morale « depuis ce temps, personne ne s’aventure seul dans ce bois ».

Eléments constitutifs Expressions utilisées Exemple du petit poucet
Après cette aventure que devient le personnage principal ? – Depuis ce jour-là … – A partir de ce jour … – Depuis ce temps … Le petit Poucet étant donc chargé de toutes les richesses de l’Ogre s’en revint au logis de son père, où il fut reçu avec bien de la joie…

 

 

  • TYPES DU CONTE

Le conte merveilleux

Le conte merveilleux ouvre des portes sur un univers irréel et imaginaire dans lequel l’impossible devient possible tel que des animaux doués de la parole (Alice Dans Le Pays Des Merveilles), des objets qui se métamorphosent (Cendrillon), des personnages stéréotypiques ayant des pouvoirs surnaturels maléfiques ou l’inverse (La Reine Des Neiges). Généralement, il commence par des expressions du type « il était une fois … », la fin d’un conte merveilleux est heureuse mais parfois triste voir même cruelle. Dans un conte merveilleux, on traite souvent des thématiques relevant des valeurs humaines comme le courage, l’espoir, le rêve, etc.

Le conte philosophique

Au XVIIe siècle, le conte devient une arme de contestation pour les philosophes. Voltaire avec Zadig, et Candide, donne les modèles du genre. Le nom de « contes philosophiques « traduit clairement la double nature de ces récits. Au conte, ils empruntent leur forme brève, les péripéties, l’univers merveilleux (l’Eldo­rado dans Candide). Mais l’esprit philosophique y est constamment à l’œuvre : les traditions sont remises en cause, le pouvoir est contesté, les injustices et les abus sont dénoncés (la cupidité des juges dans Zadig). C’est en uti­lisant les caractères des contes, mais en les détournant par divers procédés de décalage comme l’Ironie ou l’exagération, que les philo­sophes combattent en faveur des Idées nouvelles.

Le conte fantastique

Le but de tout récit fantastique est de susciter le trouble, l’inquiétude, la peur et l’angoisse chez le personnage principal (et chez le lecteur), sans toutefois tomber dans l’effroi comme le font les auteurs au 20e siècle.

Le phénomène étrange qui survient amène le personnage principal à douter de ce qui l’entoure puisque la frontière entre le réel et l’irréel devient floue. Le personnage cherche alors à comprendre ce qui lui arrive. Pour ce faire, il observe, analyse, réfute, rejette. Il ne croit pas facilement aux apparences.

 

 

 

Le conte facétieux ou comique

Développé au XVIIe siècle, le conte facétieux ou comique est le parapluie sous lequel certains écrivais ont pu aborder des sujets quotidiens touchant le grand public en premier lieu de façon amusante et plaisante. On y trouve une liberté de ton et de mœurs.

Les auteurs de comédie usent et abusent des bons mots en faisant de la langue française un vivier de jeux de mots, de calembours, de déformations possibles… En jouant sur les mots, sur la langue, il est possible de provoquer le rire du spectateur. Dans Les Femmes savantes, Molière l’évoque tout en faisant rire :

Exemple:

« Bélise (à la bonne) : Veux-tu offenser toute ta vie la grammaire ? 

Martine : Qui parle d’offenser grand-mère ni grand-père ?” (II, 6) ». Molière

Le conte en randonnées ou à formule

Les contes en randonnées ou contes en chaîne sont des enchaînements à la fois rigides et poétiques, qui, après un périple, nous ramènent au point de départ afin que tout rentre dans l’ordre. Ils se caractérisent par leur forme répétitive qui procède de l’énumération : répétition et imprégnation des structures narratives aux contenus symboliques. C’est une initiation à la poésie du langage, à la richesse du vocabulaire, à la variété des structures grammaticales et narratives.

Exemple :   « Petits contes de ruse et de malice », Cécile de Gagnon, 1999.

Le conte étiologique ou des origines

Le conte étiologique fournit des explications fictives et poétiques sur l’origine des plantes, des animaux ou des astres. Leur démarche est scientifique au départ car basé sur l’observation, cependant les théories proposées sont fantaisistes et fournissent une fausse explication du monde. Pour apporter la preuve, tout y est permis et surtout la mauvaise foi.

Exemple:

« La couleur des oiseaux », un conte des Aborigènes d’Australie de Kerba Muriel. Nathan, 2003.

« 365 contes des pourquoi et comment », de Muriel Bloch, Gallimard, 1997.

  • Conclusion :

Suite aux axes que nous avons traités, il s’avère que l’importance du conte dépasse toutes les limites. C’est un reflet de notre vie, comme dit Sénèque « la vie ressemble à un conte ; ce qui importe, ce n’est pas la longueur, mais sa valeur. » il est également l’instruction qui se cache dans le corps de la plaisanterie, comme l’affirme Jean de la Fontaine : « une morale nue apporte de l’ennui, le conte fait passer  le précepte avec lui.

121 Comments

  1. Scrap metal reclamation and recovery Aluminium scrap repurposing Aluminium waste reduction
    Scrap metal reclamation and recovery center, Environmental impact of aluminum cable scrap, Scrap metal recovery and brokerage

  2. Scrap metal marketing strategies Ferrous material loyalty Scrap iron reclamation center

    Ferrous metal recycling certifications, Iron scrap recycling and reclamation, Metal scrapping services

  3. Melhor aplicativo de controle parental para proteger seus filhos – Monitorar secretamente secreto GPS, SMS, chamadas, WhatsApp, Facebook, localização. Você pode monitorar remotamente as atividades do telefone móvel após o download e instalar o apk no telefone de destino.

  4. A tecnologia está se desenvolvendo cada vez mais rápido, e os telefones celulares estão mudando cada vez com mais frequência. Como um telefone Android rápido e de baixo custo pode se tornar uma câmera acessível remotamente?

Leave a Response

error: Content is protected !!